Ralentir spider

Auteur : Véronique Pittolo

Ralentir spider

Extrait :

Je veux décrire les ravages d’un essai nucléaire,
des oscillations qui n’emballent que moi.
Si je veux, je dessine des horreurs en direct.
Quelqu’un se jette dans le vide
qui pourrait être moi
ou un toon féminin flanqué de son homologue.
Chaque monstre est accouplé d’un autre monstre,
en plus petit.

Je cherche une flore et une faune, impossible,
derrière le hublot mon cou s’allonge, maigre,
je vais piquer le sol.
Au stade liquide des catastrophes, je suis
puissant, à dix mille mètres d’altitude, pas déçu.
Sans pilote, il n’y a plus rien.
Jamais une femme ne pourrait conduire un
engin pareil.
Une cagoule pourrait débarquer dans l’ombre
en représailles,
une cagoule pointue, un géant,
le pistolet au bout.

Paru le 1er novembre 2008

Éditeur : Cuisines de l’Immédiat/ Editions de l’attente

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Treizième poésie verticale

Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.

Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.

Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance.

Roberto Juarroz, Treizième poésie verticale, traduit de l’argentin par Roger Munier, Librairie José Corti, 1993.