Quelle terreur en nous ne veut pas finir ?

Auteur : Frédéric Boyer

Quelle terreur en nous ne veut pas finir ?

Le fait d’être humain ne procède pas uniquement de nous-mêmes, comme le fait d’être d’une culture, d’une histoire ne procède pas d’un seul autre, ou d’un seul semblable, mais de l’ensemble des autres, de tous les semblables, et plus loin encore de l’autre à venir, du dissemblable, de l’étranger, de l’autre culture, de l’autre histoire. Où et comment se pose la question de l’honneur à cet instant ? N’est-ce pas à cette pliure que fait courir à l’espèce le mépris, l’incompréhension, le refus de l’autre ?
Aujourd’hui nous devons faire face. Et savoir d’instinct, savoir sans le comprendre que la seule force, la seule valeur, la seule dignité, c’est de ne pas comprendre si comprendre nous fait renoncer à l’amour de l’autre. Voilà ce qui fonde, voilà ce qui fait la légitimité non seulement d’une existence mais de toute communauté.

Paru le 5 mars 2015

Éditeur : POL

Genre de la parution : Prose

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Christian Morgenstern

« Nouvelles créatures proposées à la nature »

« Nouvelles créatures proposées à la nature »

L’oiseau-bœuf
Le dromadaire palmé
Le lion luisant
La roucouleuvre
Le hibou de manchon
Le cachalair
La punaise tentaculaire
Le taureau à sonnette
Le bœuf-paon
Le renard-garou
Le gentignol
Le pinson-scie
Le carlin d’eau douce
Le rat de vin
L’engouletempête
Le ver de ciel
Le chameau-épic
Le rhinocétalon
L’œillet-dinde de Noël
L’hommefeuille

Christian Morgenstern, Les chansons du Gibet, Die Galdenlieder, traduit de l’allemand par Jacques Busse, Les Cahiers Obsidiane, 1982.