Prosesquisse de Guy Perrocheau

"où quand comment vois-tu
que l’espace en toi s’envole
et que te porte une vague étrange
ou bien nous dise un bonjour l’océan fugue coite ou poème autrement
que par le vide à soi qui appelle une image
raconte à l’excès si je m’arrête
une histoire la nôtre
revient de tous les côtés comme
un chant court à son désir"

Guy Perrocheau vit et travaille à Chaville (Hauts-de-Seine).
En 2001, il a fait paraître Flux, avec des gravures de
Michelle Dadolle.
Collection« Un petit siècle épatant »

Paru le 29 novembre 2004

Éditeur : L’Improviste

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Petits poèmes en prose

Votre œil se fixe sur un arbre harmonieux courbé par le vent ; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d’un poëte qu’une comparaison fort naturelle deviendra dans le vôtre une réalité. Vous prêtez d’abord à l’arbre vos passions, votre désir ou votre mélancolie ; ses gémissements et ses oscillations deviennent les vôtres, et bientôt vous êtes l’arbre. De même, l’oiseau qui plane au fond de l’azur représente d’abord l’immortelle envie de planer au-dessus des choses humaines ; mais déjà vous êtes l’oiseau lui-même.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, « Le Théâtre de Séraphin », 1868.