Prix de la Fondation Antoine et Marie-Hélène Labbé


Le Prix du premier recueil de poèmes récompense un premier recueil écrit en français (et non pas traduit), publié par un éditeur ou à compte d’auteur pendant les deux dernières années précédant la date d’attribution du Prix.

Site internet

Lauréats :

  • 2019 : Anne Dujin, L’Ombre des heures, Éditions L’herbe qui tremble, 2019.
  • 2018 : Olivier Vossot, Personne ne s’éloigne, Éditions L’Échappée Belle, 2017.
  • 2017 : Emmanuel Echivard, La Trace d’une visite, Éditions Cheyne, 2016.
  • 2016 : Perrine Le Querrec, La Patagonie, Éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 2014.
  • 2015 : Christophe Langlois, L’Amour des longs détours, Éditions Gallimard, 2014.
  • 2013 : La Canadienne Geneviève Boudreau, Acquiescer au désordre, Éditions l’Hexagone, 2012.
  • 2012 : Blandine Merle, Par obole, Éditions Cheyne, 2011.
  • 2011 : Alain Lévêque, Manquant tomber, Éditions L’escampette, 2011.
  • 2010 : La Gaspésienne Joanne Morency, Miettes de moi, Éditions Triptyque, 2011.
  • 2009 : Jean-Marc Sourdillon, Les Tourterelles, Éditions La Dame d’Onze Heures, 2008.
  • 2008 : La Suissesse Mary-Laure Zoss, Le noir du ciel, Éditions Empreintes, 2007.

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997