Prix Vénus Khoury-Ghata

Dans un contexte où les prix de poésie sont souvent remis à des hommes et où le paysage poétique français est largement masculin, laissant dans l’ombre des femmes poètes de talent, Vénus Khoury-Ghata a créé en 2014 un prix de poésie au féminin.

2019 :

  • Prix Vénus Khoury-Ghata : Dialogue avec l’anonyme de Béatrice Bonhomme, Éditions Collodion
  • Prix coup de cœur : L’exil n’a pas d’ombre de Jeanne Benameur, Éditions Bruno Doucey
  • Prix de la poésie étrangère : Tresse d’ail de Marilyn Hacker, traduit par Gabrielle Althen, Jacques Demarq, Jeanne Migrenne, Emmanuel Moses et Cécile Oumhani, Éditions Apic
  • Prix Découverte : La grande papillon de Delfine Guy, avec les calligraphies d’Abdallah Akar, Éditions Al Manar
  • Prix de la poésie illustrée : Instantanés d’une rive à l’autre de Muriel Augry, avec les peintures calligraphiques d’Abdallah Akar, Éditions Virgule

Poème
de l’instant

Ana Istarú

Saison de fièvre

Yo soy el día.
Mi pecho izquierdo la aurora.
Mi otro pecho es el ocaso.

Je suis le jour.
Mon sein gauche l’aurore.
Le droit, le crépuscule.

Anna Istarú, Saison de fièvre, Traduit de l’espagnol (Costa Rica) par Gérard de Cortanze, La Différence, Éditions Unesco, 1997.