Prix Théophile Gautier de l’Académie Française


Prix annuel constitué, en 1969, par regroupement des Fondations Archon-Despérouses, Artigue, Jean-Marc Bernard, Jules Davaine, Caroline Jouffroy-Renault, Alfred de Pontécoulant, Amélie Mesureur de Wailly et Juliette de Wils.
Destiné à des auteurs de poésie lyrique.

Site du Prix Théophile Gautier


Lauréats :
  • 2022 Mme Sandra MOUSSEMPÈS, Cassandre à bout portant - médaille de bronze
  • 2021 M. Pierre DHAINAUT, Une porte après l’autre après l’autre, suivi de Quatre Éléments plus un - médaille de bronze
  • 2020 Mme Nicole EUVREMER, Beau Jeu - médaille de bronze
  • 2019 M. James SACRÉ, Figures de silences - médaille de bronze
  • 2018 Mme Tanella BONI, Là où il fait si clair en moi - médaille de bronze
  • 2017 M. Hervé PIEKARSKI, L’État d’enfance II - médaille de bronze
  • 2016 M. Werner LAMBERSY, La Perte du temps - médaille de bronze
  • 2015 M. Emmanuel MOSES, Sombre comme le temps - médaille de bronze
  • 2014 Mme Renée-Solange DAYRES, Pille le soleil - médaille de bronze
  • 2013 M. François MONTMANEIX, Laisser verdure - médaille de bronze
  • 2012 M. Yvon LE MEN, À louer chambre vide pour personne seule - médaille d’argent
  • 2011 M. Jacques JOUET, L’Histoire poèmes - médaille d’argent
    Mme Anise KOLTZ, Je renaîtrai - médaille de bronze
  • 2010 M. Claude ADELEN, Légendaire - médaille de bronze
    Mme Caroline SAGOT-DUVAUROUX, Le vent chaule, suivi de L’herbe écrit - médaille d’argent
  • 2009 M. Mathieu BÉNÉZET, Ne te confie qu’à moi - médaille d’argent
  • 2008 M. Seyhmus DAGTEKIN, Juste un pont sans feu - médaille d’argent
    M. Philippe DESTRUEL, Édition critique de La Bohême galante de Gérard de Nerval - médaille de bronze
  • 2007 Gilles BAUDRY, Nulle autre lampe que la voix - médaille de bronze
    M. Emmanuel MERLE, Amère indienne - médaille d’argent
  • 2006 M. Henri DROGUET, Avis de passage - 400 €
  • 2004 M. Richard ROGNET, Dérive du voyageur - médaille d’argent
  • 2003 M. Paul de ROUX, Allers et retours - médaille d’argent
  • 2002 M. Michel BÉNARD, Fragilité des signes - médaille d’argent
  • 2000 M. André MOULY, Poèmes - médaille d’argent
  • 1999 M. Bruno RÉMOND, Réel absolu - médaille de bronze
    M. François XAVIER, De l’Orient à l’amour - médaille d’argent
  • 1999 M. Daniel MALASSIS, Frôlés par l’aile - médaille de bronze
    M. Pierre OSENAT, L’Adieu à l’île - médaille d’argent
    M. Yves PEYRÉ, Chronique de la neige - médaille d’argent
  • 1997 M. Dominique DELMAIRE, Équinoxes - médaille de bronze
    M. Robert HOUDELOT, Silence de la mémoire - médaille d’argent
  • 1996 M. Jacques ROUBAUD, Poésie, et cetera : Ménage - médaille d’argent
  • 1995 Mme Nadine NAJMAN, Le Calice jusqu’à la lie - médaille d’argent
  • 1994 M. Guy ALLIX, Lèvres de peu - 5 000 F
    Mme Marie BONNES, Mirages et couleurs - médaille d’argent
    Mme Marie-Laure DAVID, Qui faut-il fuir aujourd’hui ? - médaille de bronze
  • 1993 Mme Marguerite CLERBOUT, Contes du feuillage et de l’eau - médaille d’argent
    M. Kama Sywor KAMANDA, L’Exil des songes et Les Myriades des temps vécus - médaille d’argent
    M. Richard ROGNET, Recours à l’abandon - médaille d’argent
  • 1992 Mme Eliette BOULEN, … Et je signe - médaille de bronze
    Mme Geneviève IMMÉ, Amatoria Periegesis, Voyage d’amour - médaille d’argent
  • 1991 M. Mario BÉNARD, Alexandrines - médaille de bronze
    R.P. Georges LAURIS, Iconostase - médaille d’argent
  • 1990 M. Jean AUBERT, Car il me reste tout l’automne - médaille d’argent
    M. Marcel GIRAUDET, Je rêvais, ne vous en déplaise… - médaille de bronze

Poème
de l’instant

Alejandro Jodorowsky

C’est comme ouvrir un menhir avec les mains

Cessez de chercher, vous êtes la porte
et les gardiens qui en interdisent l’accès.
Chaque pas vous éloigne du nombril
chimères assoiffées d’aventure.
Vous croyez que le mariage vous libère de la mort
ou que l’argent vous marque dans la hiérarchie divine.
Cessez de chercher, la conscience est le philtre magique,
L’œil capable de rejoindre les orbites vides de Dieu
traversant la mort. Personne ne se rencontre soi-même
en parcourant les mers ou en explorant les cavernes.
C’est difficile, comme ouvrir un menhir avec les mains
car notre âme est plus dure que la pierre.

Alejandro Jodorowsky, Traduit de l’espagnol (Chili) par Martin Bakero et Emmanuel Lequeux
dire ne suffit pas, no basta decir, Le Veilleur Éditions, 2003.