Prix Apollinaire 2021/2020 : les Lauréats

Dans l’enceinte des Deux Magots, brasserie dont l’aura littéraire est à cette occasion joyeusement réanimée, le Prix Apollinaire était remis, lundi 15 novembre, en présence de nombreux amoureux de la poésie : auteurs, éditeurs, lecteurs, journalistes.

Le jury de ce prix prestigieux, un des plus anciens de notre pays, est présidé par Jean-Pierre Siméon et composé par Georges-Emmanuel Clancier (président d’honneur), Linda Maria Baros (secrétaire générale), Marc Alyn, Tahar Ben Jelloun, Zéno Bianu, Fabienne Courtade, Philippe Delaveau, Guy Goffette, Jean Portante, Jean Rouaud.

Du fait de la crise sanitaire qui a empêché la tenue du Prix l’année dernière, le jury a décidé de rassembler les lauréats des années 2020 et 2021, dont voici les recueils récompensés :


Prix Apollinaire 2021

- André Velter, Séduire l’univers précédé de À contre-peur, Gallimard, 2021

Extrait :


J’envie les comètes qui vont mourir d’un ciel à l’autre


Autres recueils sélectionnés :

Tom Buron, Marquis Minuit, Le Castor Astral, 2021

Alexandre Gouttard, moi moi moi et les petits oiseaux, La Crypte, 2020

Louise Moaty, À la métamorphose, Décharge / Gros Textes, 2020


Prix Apollinaire Découverte 2021

- Jean D’Amérique, Atelier du silence, Cheyne éditeur, 2020

Extrait :



J’invite l’imbattable écume à fixer avenir depuis la poussière


Autres recueils sélectionnés :

Gabrielle Althen, La fête invisible, Gallimard, 2021

Laure Cambau, Grand Motel du biotope, Apic, 2020

Louis-Philippe Dalembert, Cantique du balbutiement, Bruno Doucey, 2020

Étienne Faure, Et puis prendre l’air, Gallimard, 2020

Gérard Pfister, Hautes Huttes, Arfuyen, 2021

Amina Saïd, Dernier visage avant le noir, Éditions Rhubarbe, 2020


Mention spéciale du jury du Prix Apollinaire

- Fred Pougeard, Via Ferrata, Éditions Thierry Marchaisse, 2021

Extrait :


Il n’est plus d’espace car rien ne fait signe.
Ni de présent,
car la minute qui s’écoule, nébuleuse,
ne s’appartient plus.


***


Prix Apollinaire 2020

- Nimrod, Petit éloge de la lumière nature, Obsidiane, 2020

Extrait :



Je suis nu et j’ai froid interdit en moi-même comme une bille qu’on débite


Prix Apollinaire Découverte 2020

- Anna Ayanoglou, Le fil des traversées, Gallimard, 2019

Extrait :


La ville, souvent, n’était que ces quartiers dont l’atmosphère disait : dernière rue avant le vide
– et elle se poursuivait


Retrouvez sur l’Instagram du Printemps des Poètes une semaine spéciale Prix Apollinaire.

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.