Poèmes clandestins de Roque Dalton

Poèmes clandestins de Roque Dalton

édition bilingue, traduit de l’espagnol (Salvador) par Juliette Combes-Latour, préface Laurent Sanchis

Roque Dalton est l’une des figures les plus singulières et attachantes de la poésie d’Amérique latine. Poète de talent, aimant la vie, il fut aussi guerillero. Sa vie brève prend aujourd’hui des allures de légende. C’est ainsi qu’on rapporte cette anecdote véridique : alors qu’il était condamné il a été sauvé in extremis par un tremblement de terre qui a fait s’écrouler le mur de la prison où il était enfermé, ce qui lui a permis de s’enfuir. Il vécut longtemps en exil avant de rentrer au Salvador où il connut une fin tragique, en 1975, assassiné par ses propres camarades. Dans ce livre (qui est son dernier recueil) il prête sa voix à de nombreux hétéronymes (ouvrier, étudiant en théologie, jeune fille…) pour des poèmes à la fois vigoureux, ironiques et d’une jeunesse irrépréssible.

Paru le 1er juin 2003

Éditeur : Le Temps des cerises

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Louis-Philippe Dalembert

Cantique du balbutiement

j’erre dans paris vide
de nos rires de notre frénésie
absent de notre absence
le soleil de printemps
rayonne inutile
déchu de nos flâneries
des baisers des amants
et de leurs mains complices
le long du canal saint-martin

Louis-Philippe Dalembert, Cantique du balbutiement, Éditions Bruno Doucey, 2020.