Po&sie n°135

Po&sie n°135

Les entretiens de Po&sie

Vue démocratique
Auxeméry Walt Whitman, démocrate et lettré
Martha C. Nussbaum Le désir démocratique : Walt Whitman, traduit de l’américain par Martin Rueff et Tiphaine Samoyault
Jean-Luc Nancy Être-avec et démocratie

Marina Tsvetaeva Ma réponse à Ossip Mandelstam, traduit du russe et anoté par Eveline Aloursky
Paul Celan Ce que je ne sais pas […], traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre
Petr Král Comme si
Giorgos Veltsos Se dévastant, traduit du grec par Michèle Valley
Laurent Zimmermann Poèmes

Les lettres et la musique
Antoine Berman La naissance de la grande prose française
Georges Didi-Huberman La blessure à entendre
Peter Szendy Musique et torture (suite)
Andrea Zanzotto Voyage musical, conversations avec Paolo Cattelan, traduit de l’italien par Martin Rueff

Paru le 1er juin 2011

Éditeur : Belin/ Po&sie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.