Po&sie n°131-132

Po&sie n°131-132

SALUTS
EDOARDO SANGUINETI, par Niva Lorenzini et Jacqueline Risset, traduit de l’italien par Martin Rueff
KOSTAS AXELOS, par Michel Deguy
GARBIS KORTIAN, par Vincent Descombes
- MICHEL DEGUY, Aristote et le rappeur

- POUR INGEBORG BACHMANN
GIORGIO AGAMBEN, Le silence des mots, traduit de l’italien par Martin Rueff
ENZA DAMMIANO, Deux langues pour une seule voix, traduit de l’italien par Martin Rueff
STEPHANE MOSES, Le festin des dieux, un thème mythologique chez Paul Celan et
Ingeborg Bachmann, traduit de l’allemand par Emmanuel Moses
ELISABETH BISHOP, Poèmes du Brésil, traduits de l’anglais et présentés par Claire Malroux
GUEORGUI BORISSOV, Poèmes, traduits du bulgare par Olivier Apert et Marie Vrinat, Kriss Vassilev
et présentés par Kris Vassilev
CHRISTINE CAILLON, Les cinq couleurs du noir (extrait)
BO CARPELAN, Un autre langage, traduit du suédois (Finlande) par Pierre Grouix
GUNVOR HOFMO, Tout de la nuit est sans nom, traduit du norvégien et présenté
par Pierre Grouix
GUEORGUI KONSTANTINOV, Poèmes, traduits du bulgare et présentés par Kris Vassilev
LI JINJIA, Le vide, traduit par Paul Gardères avec la collaboration de l’auteur
- -CLAIRE MALROUX, Six sept huit neuf
DOMINIQUE MAURIZI, Langue du chien
EMMANUEL MOSES, Quatre préludes et fugues

Paru le 1er septembre 2010

Éditeur : Belin/ Po&sie

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.