Po&sie 145-146

Po&sie 145-146

In memoriam Robert Davreu
Franz Kafka, Browska, traduit de l’allemand par Robert Kahn
Friedrich Nietzsche, Poèmes lyriques, traduits de l’allemand et présentés par Guillaume Métayer
Joseph Brodsky, À Seamus Heaney, traduit du russe par Véronique Schiltz
Domenico Scarpa, Primo Levi, le vrai début  : «  Buna Lager  »
Eugenio De Signoribus, Corps sans nom, traduit de l’italien et présenté par Martin Rueff

Paru le 1er juin 2014

Éditeur : Belin/ Po&sie

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.