Philippe Jaccottet par Jean-Luc Steinmetz

Philippe Jaccottet par Jean-Luc Steinmetz

Seghers
Collection « Poètes d’aujourd’hui »

Alors qu’une de ses œuvres figure au programme de l’agrégation de lettres 2004, Philippe Jaccottet rejoint une seconde fois la collection « Poètes d’aujourd’hui ».

En 1976, les éditions Seghers consacraient un premier ouvrage à Philippe Jaccottet, poète qui allait devenir, avec Yves Bonnefoy, Jacques Dupin et André du Bouchet, l’une des figures de proue de la poésie contemporaine. Près de trente ans plus tard, ce texte de référence est réédité sous la plume éclairée de Jean-Luc Steinmetz – professeur de littérature à l’Université, essayiste et poète – qui entend guider le lecteur dans une œuvre poétique dense et intimiste.
Les huit chapitres que comporte cette étude permettront au lecteur d’entrer pas à pas dans l’œuvre poétique d’un homme qui interroge, avec force, lucidité et dépouillement, le rapport que nous entretenons avec le temps et le monde qui nous entoure. Dans l’urgence inquiète de notre finitude, Philippe Jaccottet conseille, comme à voix basse, d’accueillir les choses simples de la vie dans l’instant de leur révélation.
La présentation de Steinmetz est suivie d’une anthologie établie avec la complicité du poète, qui reflète à la fois l’unité et la diversité d’une œuvre qui associe poèmes versifiés, proses poétiques et fragments proches du haïku, et se clôt sur une bibliographie richement documentée qui en fait un remarquable outil de travail et de découvertes.

L’auteur : Jean-Luc Steinmetz, poète, professeur à l’université de Nantes, est l’auteur de cinq recueils de poèmes (au Castor Astral), d’essais critiques, notamment Les Réseaux poétiques (José Corti, 2001) et de deux importantes biographies : Arthur Rimbaud, une question de présence (Tallandier, 1991) et Stéphane Mallarmé, l’absolu au jour le jour (Fayard, 1998).

Paru le 1er décembre 2003

Éditeur : Seghers

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Coplas

Admire l’étonnante chose :
mon ombre posée sur le mur
et à la fenêtre la lune !

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.