Pauvert

Contact

37, rue du Four

75006

Paris

Abattoirs 26

1er octobre 1999

Abattoirs 26

Sous la forme d’un "alphabet abattoir", Raymond Bozier fait défiler 26 séquences d’une prose hallucinatoire et poétique qui met à nu les souffrances de corps écrasés par la guerre, l’ivresse sadique des bourreaux, la malédiction d’une humanité frappée dans ses neurones par l’invention de la bombe H :
"… ceci est un poème désossé
un poème monument aux morts
impuissant à détourner le cours des fleuves
tout juste bon à ajouter de la vase
aux cauchemars des humains".
a travers les soubresauts magnifiques de (…)

Poème
de l’instant

À la verticale

Quand même le ciel serait lacéré
par nos ombres meurtrières,

recousons-le avec les fils ténus,
et même usés, de nos poèmes

à la verticale de l’hiver comme de l’été
traversés de vents contraires,

gonflés d’une irréductible confiance
en l’impossible advenue.

Réginald Gaillard, Hospitalité des gouffres, « À la verticale », Éditions Ad Solem, 2020.