Passages d’encre

Contact

16 rue de Paris

93230

Romainville

Alphabet de A à M de Philippe Jaffeux

1er septembre 2014

Alphabet de A à M de Philippe Jaffeux

Es-tu un flâneur ? Un vide écume une dixième page qui essuie la bave de ta question réflexe
La marche d’une distance conditionne la promenade d’une encre entre des interlignes perdues
Es-tu un flatteur ? Je critique ce mot fallacieux en caressant la limite d’un abcd scandaleux
L’élévation des lettres vers une image me détourne de ta deux cent trente-sixième platitude
Es-tu flegmatique ? Je contemple un nombre indifférent en vue de dissiper ton trouble lisible
J’apaise le nerf d’une page en (…)

Mémoire de l'imaginaire fragments

1er mars 2011

Mémoire de l’imaginaire fragments

Cette MÉMOIRE DE L’IMAGINAIRE, livre de prose poétique, alliant textes (Fragments) et photographies,"Un ouvrage où la mémoire mythifie le présent et anticipe l’avenir."

Passage d'encres : pures données

1er septembre 2010

Passage d’encres : pures données

Intervenants : Anne Cauquelin - cyrille Bret - David Chritoffel/ Magalie Ochs - HéliosSabaté Berian - Norbert Godon - Claude Maillard - Etienne-Armand Amato - Loïc Le Bertern - Jean-Pierre Bobillot - Grégoire Courtois - Bernardo Schiavetta - Catherine Lenoble - Xavier Aimé - Pascal Pithois - David Chritoffel - Patrick Dubost - Volti - Pierre Fourny (ALIS).
Rencontres de différentes écritures, plate forme expérimentales d’approches et de styles innovants pour la pénétration d’une pensée en constante (…)

Nulles parts

1er décembre 2006

Nulles parts

Lettre à dia fidia de Jean-Pierre Faye

1er décembre 2006

Lettre à dia fidia de Jean-Pierre Faye

déesse sabine
Combustions de Christian Jaccard

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.