Par les bois du Djinn Parle et bois du gin d’Alphonse Allais

Par les bois du Djinn Parle et bois du gin d'Alphonse Allais

Complainte amoureuse

Oui, dès l’instant que vous vis,
Beauté féroce, vous me plûtes !
De l’amour qu’en vos yeux je pris,
Sur-le-champ vous vous aperçûtes.
Ah ! fallait-il que je vous vîsse,
Fallait-il que vous me plussiez,
Qu’ingénument je vous le disse,
Qu’avec votre orgueil vous vous tussiez !
Fallait-il que je vous aimasse
que vous me désespérassiez.
Et qu’en vain je m’opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m’assassinassiez !

Paru le 1er avril 2005

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Ana Istarú

Saison de fièvre

Yo soy el día.
Mi pecho izquierdo la aurora.
Mi otro pecho es el ocaso.

Je suis le jour.
Mon sein gauche l’aurore.
Le droit, le crépuscule.

Anna Istarú, Saison de fièvre, Traduit de l’espagnol (Costa Rica) par Gérard de Cortanze, La Différence, Éditions Unesco, 1997.