Oubliettes de Leonardo Sinisgalli

Oubliettes de Leonardo Sinisgalli

traduit de l’italien par Thierry Gillyboeuf

Poète ingénieur, Leonardo Sinisgalli fut toute sa vie fasciné par la musicalité d’une langue au plus près du silence et par les arcanes mathématiques des machines. Sa poésie, autant que sa prose, s’efforcera de concilier ces deux cultures.

Paru le 1er janvier 2004

Éditeur : Atelier La Feugraie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

L’ARDEUR COSMIQUE

L’Ordre et la Vérité sont nés
de l’Ardeur qui s’allume.
De là est née la Nuit.
De là l’Océan et ses ondes.

De l’Océan avec ses ondes
naquit l’Année,
qui répartit jours et nuits,
régissant tout ce qui cligne des yeux.

Rig-Véda, « L’ARDEUR COSMIQUE », traduit du sanskrit par Louis Renou, Du feu au cœur du vent, Trésor de la poésie indienne, Édition de Zéno Bianu, Poésie/Gallimard, 2020.