Où vont nos nuits perdues

Auteur : Alain Duault

Où vont nos nuits perdues

« Le choix d’entrer en poésie découle d’une étreinte conflictuelle ou inapaisée avec le monde. Il prend sa source dans une affliction, un manque ou une inquiétude. Tout poète perçoit la vie comme livrée à l’énigme, exposée à d’imprévisibles assauts ou à d’absurdes turbulences. Sa mission relève du "qui vive ?". Factionnaire inassouvi, incrédule et insoumis, il ne se résout pourtant pas à jouer à la sentinelle immobile, au veilleur d’ombres hébété. L’auteur s’extrait de ses guérites pour explorer les chemins de crête, les venelles sans âge et les sentiers jusque-là esquivés, entre le désir d’épouser les beautés du réel et l’amertume de ne glisser que sur ses éphémères surfaces. D’où un déchirement, celui d’une perplexité anxieuse qui se force à la ferveur, celui d’une chasse à "ce qui reste après l’oubli", quand la mémoire a consumé tous les grimoires et toutes les vieilleries mentales. "Non rien ne naît si fort que du mot qui l’invente et choisit / L’aube ou la nuit tout lui…

Paru le 1er décembre 2015

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lettre à Lou Andréas-Salomé

9 juin 1897,

Je veux emporter dans ma nuit la bénédiction de tes mains sur mes mains et mes cheveux. Je ne veux parler à personne, pour ne pas gaspiller l’écho de tes paroles qui tremble tel un émail sur les miennes et les fait sonner plus tendres ; et, le soleil couché, je ne veux voir aucune lampe pour allumer au feu de tes yeux mille bûchers secrets…

Rainer Maria Rilke, Lettre à Lou Andréas-Salomé.