Ombres tutélaires de Saint-Pol Roux

Ombres tutélaires de Saint-Pol Roux

Cette publication permet de mettre l’accent sur un aspect un peu négligé de sa démarche : le théâtre "expression capitale de la poésie". Et reprenant la formulation d’Aragon (dans : "Saint-Pol-Roux ou l’espoir"), c’est bien de cet espoir déchirant dont il est question dans ce nouveau volume, et qui parcourait les différentes versions de "La Dame à la Faulx". Les "Ombres tutélaires" : variation sur l’ombre/ la lumière, sur le passé/ Le présent, sur la mort/ la vie.
Mais tout particulièrement dans ces textes, l’auteur découvre aussi un aspect peu connu de sa personnalité : son goût pour l’humour. ce dernier s’exprima à travers des situations fort cocasses comme celle où il fait fumer la pipe à Socrate qui en sera tout "retourné".
Truculence et violence : point étonnant de la part de celui qui déclarait :
"La voyance et la patrie des sublimes voyous."

Paru le 1er mars 2005

Éditeur : Rougerie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Coplas

Que fais-tu, hibou, sur ton olivier,
avec ces grands yeux tout écarquillés ?

Je m’occupe à observer, dit l’oiseau,
du temps la longue traversée.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.