Olivier Larronde

(1927-1965)
Né à la Ciotat en 1927. Après une enfance idyllique, il connaît la souffrance du deuil à 12 ans avec la mort de son père et quelques années plus tard celle de sa jeune sœur Myriam. Il monte à Paris en 1943 et ose présenter ses poèmes à Jean Cocteau qui l’éconduit poliment. Jean Genet qui le reçoit le lendemain est bouleversé par sa poésie et convainc Cocteau de le publier. Un avenir très prometteur s’ouvre à lui mais il est atteint de crises d’épilepsie qu’il ne peut calmer que par l’opium. Il meurt à l’âge de 38 ans laissant, une œuvre qui s’inscrit dans la lignée de Mallarmé. Influencée par sa passion pour l’algèbre, il bouscule le sonnet et annonce une certaine avant-garde poétique.

Extrait

DES SIMPLES MOTS

Des simples mots le moins hautain s’abaisse
À te rejoindre au monde, où tout se tait.
Aujourd’hui chiffre et quel temps fort déchiffre
De quel amour la vivante écriture
Foudroie
fleurit
mendie
baise ma bouche ?
— Mots révoltés dites-nous Hiéroglyphes
Par où couper la main qui nous démène.
Suis-je entre toi
Toi et mon ombre écrite
Ton amoureux que ton amour lui cache
… Ou c’est la biche au bois le tête-à-tête.

extrait de "C’était hier et c’est demain", éd. Seghers, 2004

Bibliographie

Barricades mystérieuses, Fontaine, 1946
Rien voilà l’ordre, l’Arbalète, 1959
L’arbre à lettres, L’arbalète, 1966
Œuvres complètes, Le Promeneur, 2002