Ode comme du fond d’une autre réalité de Max Carvalho

Ode comme du fond d'une autre réalité de Max Carvalho

Se peut-il depuis ces temps immémoriaux où le vent vous amorce,
où vous pleurez au fond des demeures inhabitées, mesurant votre propre battement au battement d’un coeur absent, se peut-il que nul n’ait jamais songé à composer l’ode qu’à l’instant j’écris à la fine pointe du souvenir de ce gémissement espacé dans la nuit ?

Paru le 1er septembre 2007

Éditeur : L’Arrière-Pays

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Son éclat seul me reste

C’est une chose terrible que l’on n’ose s’avouer, et encore moins écrire – que des êtres que l’on aime et que l’on espère toute sa vie, des êtres que l’on implore et que l’on attend sans plus y croire, vous libèrent lorsqu’ils partent, même si les conditions de leur mort sont irrecevables, inacceptables. Ils partent et vous délivrent d’une attente infinie.
Libérée de l’attente, je peux désormais te convoquer et entreprendre avec toi des voyages clandestins.

Natacha Wolinski, Son éclat seul me reste, Éditions Arléa, 2020.