Océan indien de Rosemay Nivard

Océan indien de Rosemay Nivard

Poèmes terba aux senteurs créoles
"Douleurs (dock)
rictus du sourire pour que tu ne partes pas
Ou alors emmène-moi là bas
vers ce mot que je ne comprends pas
vers ces menaces de départ
vers ce lieu rédempteur
où la soouffrance est blanche où le lieu est silence
où ton mépris cessera pour mon papa."

Née à l’île de la Réunion ; en 1961, Rosemay Nivard a écrit de nombreux recueils de poésie
Les textes de Rosemay Nivard viennent s’inscrire dans la sphère de l’humain.
Les ressorts de son écriture sont dans des enjeux de connivence avec la nature,
sa sphère personnelle, le reflet de soi, et le rapport universel du vivant.
Les questions qui l’animent sont de rendre compte du monde , l’espace temps
ou le temps qui passe… son entrée en écriture est partie de ses origines créoles
pour arriver à décrire son quotidien hospitalier, d’où elle parle de rêvasser soi-même, après une journée d’escale dans la souffrance concrète…
Elle vient faire le point sur nos émotions, ou de l’indicible ou de l’ineffable ….

Bibliographie :
poésie couleur insulaire , le vert-galant 2004
douleurs et poésie créole, le vert-galant 2004
A fleur de peau, poèmes bat’carré des bambous à la marne, Editons Les Xérographes, 2007
Voyages intérieurs, poèmes sous les feuilles, Editons Les Xérographes,2008
Pommes d’hôpital, rêveries sur le pont, Editons Les Xérographes, 2010

Mais aussi des livres collectifs :
Spiritualités, le vert-galant 2002006
Pour Haïti, éditions Desnel, 2010
Goutte moi ça, éditions Les Xérographes, 2006
barbes- la goutte d’or, almanach, éditions Les Xérographes

Paru le 1er novembre 2006

Éditeur : Les xérographes

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.