Obscurités aux auguets de Charbel Dagher

Obscurités aux auguets de Charbel Dagher

Ancrée dans le vécu, avec l’ordinateur pour métaphore portable, la poésie de Charles Dagher est porteuse d’un désir de déplacer les frontières et de brouiller les codes. Voix tragique et intime, exprimant la difficulté d’être et de vivre dans une configuration traditionnelle et conflictuelle, et d’être un "sujet parlant, il est question en plusieurs langues et sa poésie est objet d’études académiques."

Paru le 1er janvier 2005

Éditeur : L’Harmattan

Genre de la parution : Version bilingue

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.