Obligé d’être ici de Claude Adelen

Obligé d'être ici de Claude Adelen

Triptyque, qui se referme sur une coda – importance de la musique cehez Claude Adelen – Obligé d’être ici est son dixième livre de poèmes. On y retrouve l’exigence formelle qui est la marque de ce poète. Le titre même du recueil dit la dureté de « ce côté du ciel », hanté par les drames des hommes, autant que par la nostalgie de l’enfance et des paysages de l’ancien pays pas totalement enfoui sous la bruyante modernité ! Mais « le coup de grisou de l’âme » n’est-il pas sauvé par le plaisir de raconter en inventant sa propre langue pour ce faire ? « Je reste attaché à cette musicalité de la langue, c’est-à-dire à des lignes mélodiques, à des modulations vocaliques et consonantiques (l’intraduisible d’une langue). Au principe de la variation. » (in Légendaire). Claude Adelen affirmera aussi que l’aspect formel de ses poèmes est une contrainte obligée pour maîtriser le chaos intérieur et la tentation d’un lyrisme profus et comme naturel…

Paru le 1er décembre 2013

Éditeur : Obsidiane

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Philip Larkin

Où vivre, sinon ?

Est-ce pour maintenant ou pour toujours
Que le monde est pendu à une tige ?
Est-ce pour un rendez-vous ou par ruse,
Ces bois trouvés pour aller faire un tour ?

Est-ce miracle ou mirage
Si vers les miennes se lèvent tes lèvres ?
Et les soleils, comme des balles de jongleurs,
Sont-ils une feinte ou un gage ?

Darde tes feux, mon ange surprenant,
Faisant front de tes seins à la peur coupe court,
Te prenant maintenant, je te prends pour toujours,
Car le toujours est toujours cet instant.

Philip Larkin, Où vivre, sinon ?, Traduit de l’anglais par Jacques Nassif, Éditions de la Différence, 1994.