Notre mère la montagne d’Olivier Dombret

Notre mère la montagne d'Olivier Dombret

Long poème en prose, hypnotique, lancinant, Notre mère la Montagne est une fable moderne qui traite du désir de fuir un monde devenu « mécanique » et froid. Échapper à tout ce qui nous oppresse, en cherchant dans la quête d’un ailleurs une forme de salut. Fuir la ville. Se diluer dans la nature, s’y laisser absorber. Mais attention, nulle nature bienveillante ou généreuse chez Olivier Dombret. Au contraire. Sa montagne, comme chez Daumal, exige l’oubli, l’abandon et la perte de soi. En somme, on y entre comme dans un rêve. Mais ce rêve ne s’arrête jamais, et le chemin ne fait que commencer…

Paru le 1er septembre 2015

Éditeur : L’arbre à paroles Maison de la Poésie d’Amay

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.