N°32 de la revue Poésie 1/ Vagabondages

N°32 de la revue Poésie 1/ Vagabondages

Spéciale numéro André Frédérique

Ami et complice de Raymond Queneau, Boris Vian, Jean Tardieu, Alexandre Vialatte, Chaval, Jean Carmet, Ionesco, Raymond Castans, Jean Chouquet, le pharmacien-poète André Frédérique – ses proches l’appelaient « Fred » - a traversé l’existence de part en part en tragique dandy de l’humour noir. Son art était celui des mots qu’il triturait, manipulait, maltraitait ; des mots avec lesquels il jouait un jeu mortel. De ce jeu – sorte de roulette sans revolver – il est mort, en prenant congé, par fatigue de vivre, le 17 mai 1957, à l’âge de quarante-deux ans.
Avant de se tuer, André Frédérique tua le temps dans les rôles successifs de : pharmacien, poète, échotier, pharmacien-bis, courant d’air, poète (toujours), homme de radio, scénariste, mystificateur, poète (encore).
Son œuvre, jusque-là un peu éparpillée parce qu’il ne s’en souciait guère, est ici bien représentée dans ce numéro spécial de Poésie 1 / Vagabondages.

Paru le 1er décembre 2002

Éditeur : Poésie Un

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.