Neruda L’océan s’appelle Pablo d’Orlando Jimeno Grendi

Auteur : Pablo Neruda

Neruda L'océan s'appelle Pablo d'Orlando Jimeno Grendi

d’Orlando Jimeno Grendi (Santiago, Chili, 1937)vit depuis les années soixante en Europe. Il est docteur en littérature hispano-américaine avce une thèse sur l’oeuvre de Vicente Huidobro La poétique du Phénix (1989). Il est aussi l’auteur de recueils de poèmes, éditions bilingues : Mandragore (1984), Le masque de Perséphone (1989), L’Archipel de l’Insomnie (1998), Le Duende : élégie à Fédérico Garcia Lorca (2000), Elégie de septembre. Le 11 septembre 1973, Santiago du Chili (2003).

Poèmes traduits de l’espagnol par l’auteur

Au XX è siècle mon pays a eu la chance d’avoir parmi ses écrivains deux créateurs aussi dissemblables que possible : Vicente Huidobro le Créationniste, mage et messager des avant-gardes, et Pablo Neruda l’explorateur de la nature, le vate oraculaire, le scaphandrier de l’intuition matérielle, le navigateur de la substance intime de l’Etre. Au premier, phénix aérien de la haute voltige esthétique, j’ai consacré une thèse, un essai et de nombreux articles. Au deuxième, ces textes que voici.
Hommage à une voix majeure de notre temps."

Paru le 1er décembre 2004

Éditeur : Indigo et côté femmes

Genre de la parution : Version bilingue

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.