Nègre blanche de Sophie G. Lucas

Nègre blanche de Sophie G. Lucas

Prix de Poésie 2007 de la Ville d’Angers.
"
Un père comme un malheur en train de mourir. Déjà mort, mais il continue de mourir.

On y pense à travers de courtes et rapides respirations qui empêchent peut-être de suffoquer. C’est aussi comme un cœur de mots serrés qui bat fort : on a couru vite à travers la grammaire et de l’ailleurs qu’on rapporte en vain dans un silence qui ne l’accueille pas. Même rapporter un peu le passé du père n’arrange rien. Un cœur de nègre (puisque c’est moi que tu écris, dit le père) qui bat fort, trop fort, mais en brefs jets de sang vif (y aurait-il un plaisir qui trouve son chemin dans le malheur ?) il persiste et s’affirme dans ses lancées d’écriture étonnamment continuées. On va l’entendre encore dans le silence qui suit la fin du livre."

James Sacré

Paru le 1er mars 2007

Éditeur : L’idée bleue

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Cécile Coulon

Courir

La course, la vraie, est une fureur carnivore. Un astre brûlant caché dans les jointures du corps ; elles grincent, la nuit, comme un miracle froissé. Une force qui rugit, à laquelle nous sommes forcés de croire puisque qu’il n’y a qu’elle qui puisse suspendre aux crochets des montagnes des femmes et des hommes emplis de cette beauté brutale qui ne supporte ni la lenteur, ni les cris, ni ces bouquets d’amnésie qu’on s’offre pour éviter d’avoir mal. »

Cécile Coulon extrait de « Courir », Les ronces, Éditions Le Castor Astral, 2018