Mouvement d’adieu, constamment empêché

Auteur : Isabelle Baladine Howald

Mouvement d'adieu, constamment empêché

24. Nous ne nous étions pas vus depuis plusieurs jours.
Te voyant, une fente immédiate.
Nous ne nous sommes pas beaucoup parlé, gestes simples,
activités banales durant l’heure où tu fus là.
Plus tard je suis restée près de toi sous une pluie très fine
dans un ciel très clair.
Nous ne pouvions pas nous rapprocher davantage, nous
étions ensemble autant que possible (la très fine séparation
des peaux et des regards), nous étions conscients de
parvenir à nous tenir l’un près de l’autre, nous n’étions pas
ennemis, tout au contraire.

Paru le 1er novembre 2010

Éditeur : La Cabane

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.