Montauban

Gilles Lades

Du Pont-Vieux saluer ce fronton de cité sentinelle
où la brique grandit en gloire de palais
pour brûler jusqu’à l’incarnat de la nuit

l’Histoire ici s’enflamme ou s’impose
par la flèche blessée de Saint-Jacques,
la cathédrale blanche en borne sur la plaine

mais le Tarn est la vie sous les yeux de la ville
le rouge défilé des crues
le reflet vert du calme de l’été

le cœur pensif monte vers la Place profonde
gagne la gravité de l’ombre
pour faire choix sans retour de sa voix

hors les murs le grand chêne et le cèdre
comme une Bible de la terre, et celle des Prophètes
murmurent ce qui reste Quercy dans la mémoire

Poème
de l’instant

La faim de leur monde

L’ironie de la vie fait qu’à l’instant même
Où mon encre pose les premiers mots de ce poème
J’aurais tant aimé qu’elle puisse l’écouter
Il y a une heure, petite maman, le ciel vient de te rappeler.

Akhenaton, La faim de leur monde, Éditions de l’Iconoclaste, 2021.