Margaret Atwood

Margaret Atwood naît le 18 novembre 1939 à Ottawa, au Canada.

D’un père zoologue et d’une mère nutritionniste, Margaret passe une grande partie de son enfance entre les forêts du Nord du Québec, Sault-Sainte-Marie, Ottawa et Toronto. Dès l’adolescence, Margaret s’intéresse grandement à l’art et plus particulièrement à l’écriture. À l’âge de 18 ans, elle part étudier au collège Victoria de l’Université de Toronto où elle suit notamment les cours du critique littéraire Northrop Frye. Elle obtient son baccalauréat en arts avec des mineures en philosophie et français en 1961.

Margaret publie son premier recueil de poésie intitulé Double Persephone en 1961. Ce dernier reçoit un bon accueil et Margaret obtient même la médaille E.J Pratt. Dans la foulée, elle rejoint Harvard, le Radcliffe College, dans le cadre d’une bourse Woodrow Wilson. En 1962, elle obtient sa maîtrise en littérature anglaise, puis prolonge ses études à Harvard de quelques années.

Elle enseigne dès 1965 à l’Université de la Colombie-Britannique. Elle publie la même année son troisième recueil intitulé Expeditions. Elle enseignera plus tard dans diverses universités, l’Université de Concordia à Montréal en 1967-1968, l’Université de l’Alberta de 1969 à 1979, puis aux universités York de Toronto et de New York.

Margaret se marie une première fois en 1968 avec Jim Polk de qui elle divorce en 1973. Quelques années plus tard, elle épouse le romancier Graeme Gibson avec qui elle aura une fille en 1976, Eleanor Jess Atwood Gibson.

Si Margaret publie son premier roman The Edible Woman dès 1969, paru en France aux Éditions Robert Laffont en 2008 sous le titre de La femme comestible, c’est bien son roman The Handmaid’s Tale (La Servante écarlate) publié en 1985, qui la fera connaître du grand public. Elle reçoit pour celui-ci le prix Arthur-C.-Clarke en 1987.

Quelques années plus tard, en 2000, son roman The Blind Assassin (Le Tueur aveugle) lui permet de remporter le Booker Prize.

Malgré le succès de La Servante écarlate, celui-ci crée la polémique à Toronto en janvier 2009 lorsqu’un parent d’élève l’accuse d’être violent, dépravé et tout à la fois anti-chrétien et anti-islamiste. Si l’affaire ne donne finalement lieu à aucune suite, cette polémique aura tout de même fait couler beaucoup d’encre.

En janvier 2018, Margaret publie une lettre ouverte dans le journal The Globe and Mail intitulée « Am I a bad feminist ? » (« Suis-je une mauvaise féministe ? ») dans laquelle elle établit une critique du mouvement #Metoo et dresse un bilan du système judiciaire qu’elle juge inefficace et dépassé. Tout en mettant en garde les féministes de ne pas instaurer une sorte de justice populaire, elle prend position en affirmant ceci : « ma position fondamentale est que les femmes sont des êtres humains, avec (…) des comportements saints et démoniaques (…) y compris le crime. »

À ce jour, Margaret a publié près d’une quinzaine de romans, une dizaine de recueils de nouvelles, une quinzaine de recueils de poèmes et une dizaine de volumes de non-fiction.

Le 18 juin 2020, les Éditions Bruno Doucey font paraître le recueil bilingue Laisse-moi te dire… regroupant des poèmes écrits entre 1964 et 1974 traduits par Christine Évain.

Bibliographie

Romans en langue originale

  • The Testaments, (Les Testaments), Prix Booker 2019, 2019.
  • Hag-Seed, (Graine de sorcière), 2016.
  • The Heart Goes Last, (C’est le cœur qui lâche en dernier), 2015.
  • MaddAddam, (MaddAddam) 2013.
  • The Year of the Flood, (Le Temps du déluge), 2009.
  • The Penelopiad, (L’Odyssée de Pénélope) 2005.
  • Oryx and Crake, (Le Dernier Homme), 2003.
  • The Blind Assassin, (Le Tueur aveugle) 2000.
  • Alias Grace, Adapté en 2017 sous la forme d’une mini-série de six épisodes intitulée Captive par Netflix, 1996.
  • The Robber Bride, (La Voleuse d’hommes), 1993.
  • Cat’s Eye, (Œil-de-chat)1988.
  • The Handmaid’s Tale, (La Servante écarlate), 1985.
  • Bodily Harm, (Marquée au corps), 1981.
  • Life Before Man, (La Vie avant l’homme), 1979.
  • Lady Oracle, (Lady Oracle), 1976.
  • Surfacing, (Faire surface), 1972.
  • The Edible Woman, (La Femme comestible), 1969.

Éditions françaises de l’œuvre romanesque

  • Les Testaments, Éditions Robert Laffont, 2019.
  • Graine de sorcière, Éditions Robert Laffont, 2019.
  • C’est le cœur qui lâche en dernier, Éditions Robert Laffont, 2017.
  • MaddAddam, Éditions Robert Laffont, 2014.
  • Le Temps du déluge, Éditions Robert Laffont, 2012.
  • La Femme comestible, Éditions Robert Laffont, 2008.
  • Le Dernier Homme, Éditions Robert Laffont, 2005.
  • L’Odyssée de Pénélope, Flammarion, 2005.
  • Le Tueur aveugle, Éditions Robert Laffont, 2000.
  • Captive, Adapté en 2017 sous la forme d’une mini-série de six épisodes intitulée Captive (Alias Grace) par Netflix, Éditions Robert Laffont, 1998.
  • La Voleuse d’hommes, Éditions Robert Laffont, 1994.
  • Œil-de-chat, Robert Laffont, 1991.
  • La Servante écarlate, Éditions Robert Laffont, 1987.
  • Marquée au corps, Étincelle, 1983.
  • La Vie avant l’homme, Éditions Robert Laffont, 1981.
  • Lady Oracle, Étincelle, 1980.
  • Faire surface, Grasset, 1978.

Recueils de nouvelles en langue originale

  • Stone Mattress : Nine Wicked Tales, (Neuf contes), 2014.
  • Moral Disorder, 2006
  • The Tent, 2006
  • The Labrador Fiasco, (Le Fiasco du Labrador), 1996.
  • Good Bones and Simple Murders, 1994.
  • Good Bones, (La petite poule vide son cœur), 1992.
  • Wilderness Tips, (Mort en lisière), 1991.
  • Through the One-Way Mirror, 1986.
  • Bluebeard’s Egg, (L’Œuf de Barbe-Bleue), 1983.
  • Murder in the Dark, (Meurtre dans la nuit), 1983.
  • Dancing Girls, (Les Danseuses et autres nouvelles), 1977.

Recueils de nouvelles édités en France

  • Neuf contes, Éditions Robert Laffont, 2018.
  • Le Fiasco du Labrador, Éditions Robert Laffont, 2009.
  • Good Bones, Réédité sous le titre La Troisième Main aux éditions La Pleine Lune, 2005.
  • La petite poule vide son cœur, Serpent à plumes, 1996.
  • Mort en lisière, Éditions Robert Laffont, 1996.
  • L’Œuf de Barbe-Bleue, Libre Expression, 1985.
  • Meurtre dans la nuit, Remue-ménage, 1987.
  • Les Danseuses et autres nouvelles, Éditions Quinze, 1986.

Recueils de poésie en langue originale

  • The Door, 2007.
  • Eating Fire : Selected Poems, 1965-1995, 1998.
  • Morning in the Burned House, (Matin dans la maison incendiée), 1996.
  • Interlunar, 1984.
  • Love songs of a Terminator, 1983.
  • True Stories, 1981.
  • Two-Headed Poems, 1978.
  • Selected Poems, 1976.
  • You Are Happy, 1974.
  • Power Politics, (Politique de pouvoir), 1971.
  • Procedures for Underground, 1970.
  • The Journals of Susanna Moodie, (Le Journal de Susanna Moodie), 1970.
  • The Animals in That Country, 1968.
  • Speeches for Doctor Frankenstein, 1966.
  • Expeditions, 1965.
  • The Circle Game, (Le Cercle vicieux), 1964.
  • Double Persephone, 1961.

Recueils de poésie édités en France

  • Laisse-moi te dire…, Traduction de Christine Évain, Éditions Bruno Doucey, 2020.
  • Le Journal de Susanna Moodie, Éditions Bruno Doucey, 2011.
  • Matin dans la maison incendiée, Écrits des Forges, 2004.
  • Le Cercle vicieux, Prise de parole - Du Noroît, 2000.
  • Politique de pouvoir, L’Hexagone, 1995.

Dernières parutions