Mal de travers

Auteur : Romain Fustier

Mal de travers

Dans le cadastre, la vie, chaque petite portion de terre, séparée de terres voisines,
s’appartient. Les forestiers requis ici jonchent de copeaux l’improbable clairière de leur rencon-tre. Leurs pas laissent les traces craquantes du bois des vives demeures, denticulées au phosphore des jeunes feuilles de saison. Le vagabondage d’un oiseau
invisible, de nuit, tracera la ligne des haies d’aubépines où nidifier d’un côté, de l’autre.
Les Plume-bûcherons, appelés par leurs noms au seuil de ces parcelles, sont oiseleurs, meuniers, nus lorsqu’ils tatouent la rébellion du rouge-gorge dans le regard des autres, évoluant à la contre-rive du courant électrique qui barricade.

Paru le 1er juillet 2012

Éditeur : Clarisse

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.