Lycophron et Zétès de Pascal Quignard

Lycophron et Zétès de Pascal Quignard

Ce Lycophron et Zétès assemble une traduction de l’Alexandra de Lycophron par Pascal Quignard et un long texte du même Pascal Quignard qui se déploie comme une réflexion sur ladite traduction, en incluant de nombreux éléments autobiographiques, ainsi que des séquences attribuées à un poète fictif : Zétès.
Loin d’être disparate, l’ouvrage trouve son unité et sa légitimité dans le récit en actes qu’il propose : pourquoi un jeune homme de vingt ans décide-t-il de s’attaquer à une traduction de cette ampleur ? Quel est alors son rapport au fait poétique et à la communauté des poètes (André du Bouchet et Paul Celan notamment) ? En quoi une telle expérience annonce-t-elle les œuvres futures ? Répondant à ces interrogations, Pascal Quignard compose, par touches successives, un art poétique qui le révèle magnifiquement.
« C’était il y a quarante ans, écrit-il. Je disposais devant moi, à côté de moi, autour de moi, tous les dictionnaires que j’avais hérités de mon arrière-grand-père et ceux, plus récents, de Bailly, Chantraine, Grandsaignes, Bloch-Wartburg, Ernout-Meillet. Ils s’entassaient, se superposaient, de tous formats, petits, énormes, grands ouverts, les uns sur les autres, sous l’ampoule nue. Je préparais la traduction en commençant par chercher l’étymologie de chaque mot. Je voyageais. J’allais dans l’autre monde. Je descendais dans les siècles perdus. » Et cette « descente dans les siècles perdus » apparaît comme une exploration fascinante, terrible, lucide, qui témoigne de la permanence de l’horreur et de l’aveuglement dans ce qui forme le destin des hommes.
« Cassandre dit l’horreur du lien social. Personne ne la croit. Le déprimé dit la vérité du réel. Personne ne le croit. Ceux qui survécurent, revenant des camps d’extermination de l’Allemagne, provoquèrent la même incrédulité – trois mille ans plus tard – que Cassandre dans le monde troyen détruit, avant d’être égorgée. »
On comprend pourquoi un poète comme Paul Celan suivit pas à pas, à la fin des années 60, la traduction de Lycophron qu’avait entrepris Pascal Quignard, et pourquoi il ne cessait de lui demander d’accélérer la mise au net de la version française de ce texte fondateur.

Paru le 1er mars 2010

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

René Guy Cadou

Poésie la vie entière

Mon printemps est dans l’air du large, dans l’écume
Blanche ainsi qu’un enfant qui n’a pas su grandir

René Guy Cadou, Poésie la vie entière, Œuvres poétiques complètes, Éditions Seghers, 1991.