Lucie éditions

Contact

34 bis rue Clérisseau

30000

Nîmes

Vois des astres le détour - Chant d'amour en temps de guerre -fragments de 1915-

1er février 2013

Vois des astres le détour - Chant d’amour en temps de guerre -fragments de 1915-

"J’ai découvert par hasard - mais le hasard existe-t-il ? - une petite boîte en chêne vernie contenant les fragments d’une lettre. elle était dissimulée derrière une étagère poussiéreuse d’une librairie de second-hand books, sur Charing Cross Road, à Londres, probablement depuis fort longtemps. Ma curiosité a été attisée par les morceaux épars de cette missive manuscrite, rédigée en anglais, à l’encre noire. Elle est datée du 12 novembre 1915 et signée : Sandor (…)

acoustique présence du cri

1er juin 2012

acoustique présence du cri

"Blanc de la page est
le gouffre de ma mémoire.
J’y vois une tour d’ivoire."

Enfant nu comme l'instant aux ruines de la durée

1er octobre 2010

Enfant nu comme l’instant aux ruines de la durée

Illustrations (monotypes) de l’auteur
Les poèmes rassemblés dans ce recueil sont des méditations issues d’un instant précis – celui du regard sur le monde, le paysage, le ciel, un visage, ou bien même cette maison en démolition qui a suscité le poème éponyme.
L’instant est également initiatique puisque ce cheminement poétique permet de révéler ce qui autrement demeurerait sans voix.
« L’enfant mis à nu sur la paroi du cœur démoli
possède l’intuition d’une science qui nous dépasse –
notre au-delà, la (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.