Louis Guillaume

(1907-1971)
Né en 1907 à Paris, il passe une grande partie de son enfance à Bréhat, île bretonne qu’il l’inspirera. Il devient instituteur puis professeur à Paris. L’amitié avec Max Jacob et la découverte des textes de Gaston Bachelard L’eau et les rêves et L’âme romantique et les rêves d’Albert Béguin marqueront son parcours poétique, imprégné d’onirisme. Sa poésie, cette voix douce et secrète évoque l’éternel à travers une approche sensible des éléments et une réalité revisitée par les songes. Le prix Louis Guillaume est le prix de la poésie en prose. Une association Les amis de Louis Guillaume contribue fortement depuis 1973 à connaître l’œuvre du poète.

Extrait

L’ETOILE

Tu es celle qui tremble
et celle qui demeure.
Ta voix pleure
et pourtant ta voix chante.
Tu es la pierre tendre
où vient mourir la peur.
Une joie flotte.
J’écoute un sillage de notes.
Dans tes cheveux s’allume
une étoile d’écume.
Grave
tu suivais des yeux les épaves
et tu tendais vers moi des mains de sauvetage.

extrait de "C’était hier et c’est demain", éd. seghers, 2004

Bibliographie

  • Agenda, Éditions L’arbre à Paroles, 1996.
  • La hache du silence, Éditions Rougerie, 1971.
  • La nuit parle, Éditions Subervie, 1961. (Prix Antonin Artaud)
  • Chaumière, Éditions Seghers, 1951.
  • Sônes d’armor, Éditions Gloria, 1928.

Apologie

Louis Guillaume, par Max Alhau