Lorine NIEDECKER, Louange du lieu et autres poèmes

Lorine NIEDECKER, Louange du lieu et autres poèmes

Coédition Corti | Prétexte
Traduit par Abigail Lang, Maïtreyi & Nicolas Pesquès
De Lorine Niedecker (1903-1970) William Carlos Williams disait qu’elle était « l’Emily Dickinson de notre époque ».

Il y a en effet des raisons de rapprocher ces deux auteurs, même si les circonstances historiques et sociales les séparent et éloignent la teneur de leurs oeuvres. Mais la vie de Lorine, essentiellement cantonnée dans son Wisconsin natal qui va nourrir tout son travail, la discrétion de sa carrière littéraire et la singularité de sa poésie qui va être tardivement mais puissamment reconnue sont à l’image de ce qui est arrivé à l’oeuvre et à la personne d’Emily Dickinson. Elle fait désormais l’objet d’études et soutiens universitaires, elle est à son tour devenue une figure majeure du paysage poétique américain.
Ce livre, le premier en français, a retenu, autour du titre emblématique Louange du Lieu (1968), l’intégralité de sa poésie des 15 dernières années de sa vie ; seule a été écartée une quinzaine de petits poèmes de circonstance dont l’intérêt nous a paru secondaire, ou qui faisaient doublon.
Née en 1903, elle a 26 ans quand éclate la grande crise de 29 qui va détruire son premier mariage et emporter toute l’économie familiale. Elle devra souvent accomplir des tâches subalternes pour subvenir à ses besoins. Elle est et restera toujours sensible aux situations d’injustice sociale, en cela proche des luttes démocratiques traditionnellement bien ancrées dans le Wisconsin. Cela correspond également, dans ses premières années de poésie, à une certaine filiation au surréalisme, notamment dans sa veine militante. À cette même époque – les années 30 – elle noue une relation étroite puis longue, épistolaire et complexe avec Louis Zukofsky. Même si elle n’est pas une pure objectiviste, ce lien et cet échange continu jusqu’à la fin de sa vie vont orienter et colorer sa vision et le développement de sa poésie.

Enfin, et ce n’est pas la moindre marque de sa singularité, sa longue amitié et correspondance avec Cid Corman qui vit au Japon ainsi qu’un attrait stylistique pour les formes brèves vont inscrire au fil des ans son écriture sur une pente souvent « haïkisante ».

Ces sources diverses, pas toujours confluentes (surréalisme et objectivisme, politique, histoire et haïku) font toute l’originalité d’une oeuvre par ailleurs dédiée au paysage, à son évolution, à ses effets sur la vie de tous les jours. Ainsi cette écriture noue-t-elle constamment des tensions antinomiques : à la fois lyrique, objective, économique, toujours localisée et souvent d’actualité, elle est une des rares à savoir faire tenir ensemble tant d’élans contraires. Ceux qui aujourd’hui travaillent à sa reconnaissance ont raison de la compter parmi les plus grandes.

Paru le 1er octobre 2012

Éditeur : José Corti

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Treizième poésie verticale

Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.

Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.

Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance.

Roberto Juarroz, Treizième poésie verticale, traduit de l’argentin par Roger Munier, Librairie José Corti, 1993.