Librairie Galerie Racine

Les éditions Librairie-Galerie Racine publient des poètes depuis 1996, au 23 de la rue Racine, 75006 Paris. C’est un lieu de librairie qui fut l’antre de Guy Chambelland. Au-delà des idéologies et des modes ardentes, son équipe privilégie avant tout les langues diverses de l’émotion. Le poète doit être un trouveur de sens et de féerie.

Contact

23 rue Racine

75006

Paris

Dépit du bon sens de Yves Boutroue

1er décembre 2016

Dépit du bon sens de Yves Boutroue

Mettre un mot devant l’autre
et recommencer
Marche du rêve
Marche du temps
un soupir dans la ville

Au pas des gouffres d'Alain Brissiaud

1er décembre 2015

Au pas des gouffres d’Alain Brissiaud

"Je voudrais te prendre aux mots
enlacer ta parole dans la brume des sables
à l’impeccable chant ôter ma paume
et peser du poids de la pierre
tant lisser ce sang pur apeuré
et rendre poudre fine ton silence
tant vit en toi le balancier des vents
entendre ton rire au seuil du départ
las
à la nuit ils vinrent t’empoigner
et tes lèvres frémirent
tu chuchotais encore l’or et le (…)

Mains d'ombre d'Elodia Turki

1er décembre 2015

Mains d’ombre d’Elodia Turki

Ici nous sommes, comme pour toujours, perdus retrouvés dans notre souffle, entourés de murmures, les mains ouvertes sur le vide apparent qui nous enveloppe. Nous hésitons : sommes-nous seuls ? Sommes-nous avec les autres ? Sommes-nous l’autre ? Tous les autres ? Qui parle à qui quand nous parlons ? Et à travers nous, qui parle ? De gestes en paroles, de rêves en éveil, le monde nous entraîne dans sa ronde… Certaines choses que l’on dit… Certaines choses que l’on nous dit, puis… plus rien de ce que (…)

Le champ des louves de Sonia Branglidor et Marine Riguet

1er mars 2015

Le champ des louves de Sonia Branglidor et Marine Riguet

"A pas de louve, elles traversent le présent
Soulevant la poussière des souvenirs
La ronde des coquelicots
Frissonne dans leurs pupilles
Qui scintillent de courage"

Coeur pasager de Marie-Christine Brière

1er mars 2014

Coeur pasager de Marie-Christine Brière

Dans ce village de pierre les secrets
ne fument plus par les cheminées les fleurs
poussent en oubli sur des meules arrêtées
Comme en un poème des seuils
Bonnefoy revisité -
la couleur des troncs qui luisent
tire une ligne blanche dans l’ombre…

Poèmes accordés, Lettre à Laurent d'André Prodhomme

1er novembre 2013

Poèmes accordés, Lettre à Laurent d’André Prodhomme

"La ville est faite pour l’enfant
Qui ne porte pas le nom de son père
Il marche dans les rues avec ses galoches sidérales
Identité transitoire
Lorsqu’on crache sur elle
C’est lui
Qui transmet vers l’exosphère…"

Tu vas attraper froid (ethopées) d'Eric Sénécal

1er octobre 2012

Tu vas attraper froid (ethopées) d’Eric Sénécal

FERMENT
(extraits)
1.
Persuadé aujourd’hui
L’été n’est pas blanc. Pas blanc ! Mais demain ?
La nuit me bougera-t-elle à l’intérieur, bougera-t-elle
Mon œil, mon regard
mes suites de mots, pour s’enfourcher sur d’autres vides, de
moi Inconnus ? L’été n’est pas blanc,
alors ?
Le désordre (écrire le désordre) dévoile son vide au fur et
à mesure que je l’empile, lui donne mes corps
Pour mots.
Je vieillarde.
Ris, vieux con, ris ! RIS !
Donne-toi (…)

L'Homme est une île ancrée dans ses émotions de Christophe Dauphin

1er mars 2011

L’Homme est une île ancrée dans ses émotions de Christophe Dauphin

Le récit de cette pièce a pour but de rendre familier le poète à ceux qui écoutent ses vers et de supprimer la distance entre l’être et le faire.

Totems aux yeux de rasoir de Christophe Dauphin

1er octobre 2010

Totems aux yeux de rasoir de Christophe Dauphin

Préface de Sarane Alexandrian.
"Paysage
S’emparer du blanc et du bleu derrière tes yeux
S’emparer du silence qui frappe à la porte
S’emparer de l’heure qui nous bâtit
La plaie béante d’un vendredi soir d’oubli
Le sommeil de la réalité
Le piège où se prend ton visage."

Dehors

1er octobre 2010

Dehors

"Les oiseaux ne disent
Que le bonheur des branches
A l’aube la mouvance du ciel
Infiniment la feuille qui commence le monde
Et la réponse du silence
Où bat le coeur de l’arbre."

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.