Lettera amorosa

Auteur : René Char

Lettera amorosa

précédé de sa première version : Guirlande terrestre, illustrations de Georges Braque et Jean Arp.
Note de l’éditeur, Marie-Claude Char.

A l’occasion du Printemps des poètes 2007 et du centenaire de la naissance de René Char, Poésie/Gallimard publie un volume exceptionnel qui donne à lire et à voir les deux verions successives du célèbre poème que l’auteur de Fureur et mystère écrivit dans la résonnace de Monteverdi. Une première édition, en 1952, illustrée de 16 collages de Jean Arp, s’intitulait Guirlande terrestre. Texte repris et remanié l’année suivante, et publié avec 24 lithographies de Georges Braque sous le titre définitif de Lettera amorosa.

Offrir en format poche, avec toute la qualité éditoriale requise, ces livres jusqu’ici réservés aux bibliophiles constitue un geste fort. Il s’agit de faire partager l’alliance magique du verbe et de l’image, alliance que René Char ne cessa de réaliser avec les plus grands peintres de son temps. Par ailleurs, le thème des lettres d’amour, choisi par le Printemps des Poètes, désigne tout naturellement Lettera amorosa comme l’emblème des manifestations poétiques de l’année 2007.

L’édition originale de Lettera amorosa est parue chez Gallimard en 1953 (la versio préoriginale ayant été publiée dans la revue portugaise Arvore avec des collages de Jean Arp). Les lithographies de Georges Braque parurent dans l’édition à tirage limité qu’Engelberts publia à Genève en 1963. René Char a inclus Lettera amorosa en 1962 dans La Parole en archipel, puis en 1964 dans Commune présence où le poème trouve sa version définitive.

Paru le 1er mars 2007

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Anna Akhmatova

Poèmes

Au seuil du printemps, il est certains jours
Où la prairie se repose sous la neige dense,
Où les arbres font un bruit gai et sec,
Où le vent tiède est tendre et moelleux,
Où le corps s’étonne de sa légèreté,
Où l’on ne reconnaît plus sa maison,
Où la chanson qui déjà lassait
On la chante avec émoi, comme neuve.

Printemps 1915
Slepnévo

Anna Akhmatova, Poèmes, traduit du russe par Claude Frioux, Éditions Librairie du Globe, 1993.