Les yeux paralysés de Christian Dufourquet

Les yeux paralysés de Christian Dufourquet

Tant d’amis s’en sont allés
Dans la nuit tant d’oiseaux
Qui laissent pendre leur chant
Comme une rame
Sur le sillage
En l’air de leur présence
Evanouie

Comme un dernier souffle d’espace
Qui nous lie
A la buée d’un quai fantôme
Où neigent
Des papillons de nuit

Si nombreux ce soir à voleter
Autour de mon coeur
Qui pèse
A mi-hauteur d’un ciel
D’étoiles anéanties

Paru le 1er février 2013

Éditeur : L’arachnoïde

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.