Les voiles d’encre de Jean-Louis Peyre

Les voiles d'encre de Jean-Louis Peyre

Le temps passait
Et tu ne disais rien
Rien de tes joies
Rien de tes souffrances
Le temps passait et tu étais là
Maintenant que tu as disparu
J’affronte
Les escaliers interminables
Les clefs qu’on ne trouve plus
Les rendez-vous ratés
Les petites morts quotidiennes
C’est ta façon à toi
De me parler

Jean-Louis Peyre est né le 4 juillet 1955 à Vienne. Après des études secondaires et universitaires, il entre comme cadre technique chez un opérateur téléphonique. Depuis un coup de foudre rimbaldien, il garde un amour indéfectible pour la poésie, qu’elle soit créatrice d’espaces à l’image de Schéhadé ou Supervielle, ou témoigne des fêlures de l’être à l’instar de Reverdy ou Esteban.

Paru le 1er septembre 2016

Éditeur : L’arbre à paroles Maison de la Poésie d’Amay

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.