Les gens de la côte Monzer Masri

poèmes traduits de l’arabe (Syrie) par Claude Krul

alidades 2005, collection ’Création’,

Une poésie faite d’instantanés. Décors vite esquissés, scènes fugaces, brefs dialogues surgis de la mémoire ou pris sur le vif, attitudes caractéristiques, sont autant d’occasions de recréer, par petites touches, discrètement, l’intensité des émotions et des situations de la vie, dans une sorte de distance bienveillante, amusée parfois, ironique quelquefois et toujours un peu nostalgique. Cet ensemble constitue le premier recueil publié en français de Monzer Masri. Après Chawqi Baghdadi et Abou Afach, nous espérons ainsi contribuer à la découverte des voix importantes de la poésie syrienne d’aujourd’hui.

Monzer Masri est né en 1949 à Lattaquié, ville syrienne du littoral méditerranéen où il réside actuellement. Il est l’auteur d’une dizaine de recueils de poèmes, parus à Damas, Beyrouth et Londres.

Paru le 1er septembre 2005

Éditeur : Alidades

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.