Les Proies et les Ombres de Denis Rigal

 Les Proies et les Ombres de Denis Rigal

Voici une manière de roman par textes courts, ou de recueil de poèmes en prose, qui met en scène le bestiaire magique d’un village du Massif central. Bestiaire, mais aussi herbier, mais encore registre d’état-civil… Qu’on aille jeter un œil à la table des matières : truites, ombres et salamandres y côtoient Albert, Charles ou Joseph, et les cèpes, les jonquilles, les bécasses…
Même si l’on est ni pêcheur, ni chasseur, même (et surtout) si l’on est un citadin invétéré, on tombera sous le charme de ces vignettes dont on voit bien qu’elles sont le fait d’un observateur aux sens aiguisés en même temps que d’un amoureux de la nature et des hommes qui en vivent.
Ce texte offre un dépaysement garanti sans emmener très loin son lecteur… Il est vrai qu’à l’heure de la mondialisation et de l’explosion de la réalité dite virtuelle, l’exotisme est désormais tout près de chez nous. Encore faut-il avoir les moyens – le talent – de donner à voir « les vraies richesses », et c’est manifestement le cas de Denis Rigal.

Né en 1938 en Haute-Loire, Denis Rigal a été professeur de littérature américaine à Brest, où il vit toujours.

Paru le 1er octobre 2005

Éditeur : HB éditions

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

La colline que nous gravissons

Mais soudain, l’aube nous appartient.
Sans savoir à quoi cela tient, nous agissons.
Sans savoir à quoi cela tient, nous avons
tenu bon,
Témoins d’une nation non pas brisée,
mais simplement inachevée.

Amanda Gorman, La colline que nous gravissons , Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lous and the Yakuza, Éditions Fayard, 2021.