Femme noire

Léopold Sédar Senghor

Femme nue, femme noire
Vêtue de ta couleur qui est vie,
de ta forme qui est beauté !
J’ai grandi à ton ombre ;
la douceur de tes mains bandait mes yeux.
Et voilà qu’au cœur de l’Été et de Midi,
je te découvre, Terre promise,
du haut d’un haut col calciné
Et ta beauté me foudroie en plein cœur,
comme l’éclair d’un aigle.

Léopold Sédar Senghor, 1906-2001, « Femme noire », Chants d’ombre, Éditions Points, 2021.

Poème
de l’instant

Fereydoun Faryad

Ma patrie est un ciel sans passeport

Ma patrie est
Un ciel sans passeport
Sans frontière
Où j’entre par les chemins de l’air.

Traduit du persan en grec par l’auteur
et du grec en français par Jacques Lacarrière
Revue Caravanes / Éditions Phébus