Le poids d’une éponge croit

Serge Pey

Le poids d’une éponge croit
en proportion avec le nombre
de gouttes d’eau qu’elle absorbe

Mais aucune éponge ne peut absorber
toute l’eau du monde

Quand une éponge est saturée
personne ne peut prévoir
le comportement de l’eau
qu’elle n’absorbe plus
ni le comportement du monde

Il faut imaginer pourtant
une éponge qui absorberait
toute l’eau du monde

Nous la mettrions
à la place de notre mouchoir
dans la poche du coeur
Nous serions un bateau
Nous serions le sel
Nous serions tous les fleuves
du monde qui se jettent dans
le ciel
Une éponge est comme une valise pure
qui contiendrait tout nos chemins

Chaque fois que nous achetons une valise
nous croyons qu’elle va diminuer le poids
des affaires que nous y rangeons dedans

La valise idéale consiste à diminuer
le poids de ce que nous y transportons
jusqu’à ne peser que son poids de valise
ou à devenir plus légère que ce qu’elle était au départ jusqu’à
ne plus exister

Dans une éponge idéale on peut
ranger toute la mer
si on la place dans la poche du coeur

Dans une valise idéale
on peut ranger tout l’univers
la troupe engloutie des étoiles
une seule fourmi
un seul amour

Dans un poème on peut ranger
tout l’avenir
qu’on voudrait faire exister

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir. L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

Poème
de l’instant

James Noël

Brexit

Aux yeux des étoiles, les murs et les gratte-
ciels sont des géants aux pieds d’argile Les
étoiles, ça roule des reins et cille des yeux
dans leur migration hautement lucide Pour
elles, le monde est plat et sans hauteur dans
son asphalte, donc ils ne constituent pas une
preuve solide, indéboulonnable dans l’univers

James Noël, Brexit, suivi de La Migration des murs, Éditions Au diable vauvert / 2020.