Le poème du Rhône de Frédéric Mistral par Claude Guerre

Le poème du Rhône de Frédéric Mistral par Claude Guerre

Le Poème du Rhône est une oeuvre hors du commun : nous voici embarqués pour une décize, de Lyon jusqu’en Provence, en compagnie d’une flottille de sept barques de commerce attachées ensemble, qui charrient le charbon de Givors, des sacs de violettes, la métallurgie du Nord et des fusils de la Manufacture de Saint-Étienne (des passagers également, et parmi eux un fantasque jeune homme et une jeune fille inouïe), et aussi, pour la remonte, pas moins de quatre-vingts chevaux et leur nourriture. Rendue en Provence, cette troupe chargera du sel, du blé, du vin, et le retour ne sera pas moins difficile, en butte aux aléas de la sécheresse ou des crues. Le voyage pouvait prendre trois ou quatre mois. Le Poème compose une fresque ethnographique où le poète relève les légendes et les pratiques religieuses et festives sur le bord de la route liquide, une fiction mythologique, une déclaration esthétique, une rêverie politique.

Paru le 1er juillet 2016

Éditeur : Actes Sud

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Philip Larkin

Où vivre, sinon ?

Est-ce pour maintenant ou pour toujours
Que le monde est pendu à une tige ?
Est-ce pour un rendez-vous ou par ruse,
Ces bois trouvés pour aller faire un tour ?

Est-ce miracle ou mirage
Si vers les miennes se lèvent tes lèvres ?
Et les soleils, comme des balles de jongleurs,
Sont-ils une feinte ou un gage ?

Darde tes feux, mon ange surprenant,
Faisant front de tes seins à la peur coupe court,
Te prenant maintenant, je te prends pour toujours,
Car le toujours est toujours cet instant.

Philip Larkin, Où vivre, sinon ?, Traduit de l’anglais par Jacques Nassif, Éditions de la Différence, 1994.