Le petit enfant au tablier noir

Jacques Charpentreau

Le petit enfant au tablier noir
Les yeux grands ouverts étonné de voir
La foule des gens le flot des trottoirs
Puis les murs fermés la cour de l’école
La course les jeux chat et pigeon-vole
Gendarmes voleurs c’est lui qui s’y colle
Le maître savant la craie les cahiers
Les doigts hésitants tachant le papier
Les cartes aux murs les vieux encriers
Grammaire et calcul la chanson des tables
Leçons et devoirs réciter les fables
Livres et crayons au fond du cartable
Tout apprendre pour enfin tout savoir
Le petit enfant au tablier noir
Qui se regardait au fond du miroir
Devenir un autre en restant le même
Celui qu’enchantaient les mots des poèmes
Parcourant le monde au hasard des vers
Ecrivant rimant à tort à travers
Ce chant délivrant tout un univers
Et la source vive où jaillit la vie
Et la vie toujours par la vie suivie
D’autres yeux d’enfants que la vie convie
Si loin si perdu l’enfant du passé
Une croix d’honneur et le coeur blessé
Le liseré rouge est-il détressé
Malgré tant d’années son ombre persiste
Dans son sarreau noir je sais qu’il existe
Il est toujours là silencieux et triste
Je le reconnais quand il revient s’asseoir
Au fond du jardin près de moi le soir
Le petit enfant au tablier noir."

in Ombres légères, élégies, La Maison de poésie, 1999.

Poème
de l’instant

Charles Juliet

Une joie secrète

immergés
tous deux
au plus reculé
d’un silence
qui efface
le monde

la calme
tension
de ton écoute

prends
prends
mes mots

donnons-nous
du vivant

Charles Juliet, Une joie secrète, Voix d’encre, 2002.