Le nouvel Athanor

Contact

50 rue du Disque

75645

Paris cedex 13

Archives du Vent

26 mars 2019

Archives du Vent

Préface de M. le Professeur Pierre Brunel.

S'il fallait dire pourquoi si loin (Chants Nomades)

26 mars 2019

S’il fallait dire pourquoi si loin (Chants Nomades)

Passerelle vers les marches de l’aube vers les cols, les couloirs et les clans alentour, vers la Chine et vers l’Inde, voie de pleurs et de soie.

Frederique Kerbellec

26 mars 2019

Frederique Kerbellec

Frédérique Kerbellec qui publia deux recueils de poèmes au Nouvel Athanor demeure une auteure l’originalité profonde. Née en 1958 à Lorient, elle partage son temps entre La région parisienne ou elle enseigne depuis longtemps la littérature, La Bretagne, son pays d’origine et La Grèce son pays d’adoption. Dans un accident d ’apnée sans retour, le père de ses deux filles, Chloé et Dafné, succomba. Ce drame grec, dans sa soudaine cruauté, explique toute sa sensibilité d’écorchée vive comma sa sourde et tenace (…)

Bethani

26 mars 2019

Bethani

Préface par Emmanuel Moses.
Les yeux perdent la trace de la lumière du jour Seuls les souvenirs à l haleine des heures bercent les écritures empreintes de ta voix

Jacques Viallebesset Portrait, bibliographie, anthologie

1er juin 2017

Jacques Viallebesset Portrait, bibliographie, anthologie

Fasciné par l’oeuvre terrienne et magique de Jean Giono, mais aussi par celle de René-Guy Cadou et par l’École de Rochefort (notamment Jean Follain et Luc Bérimont), Jacques Viallebesset est un veilleur de haut vol, intransigeant, lyrique tout entier engagé dans le labyrinthe incendié de Louis Aragon, de Paul Éluard et de leurs héritiers. Il est issu, pour le meilleur, de ce siècle des Lumières, qui n’en finit jamais de s’éteindre. Il reste obsédé de fraternité, toujours à la croisée d’une conscience (…)

Contrejour amoureux d'Isabelle Lagny et Salah Al Hamdani

1er mai 2016

Contrejour amoureux d’Isabelle Lagny et Salah Al Hamdani

Préface de Jacques Ancet
Dialogue d’amour de haute tenue littéraire, deux voix exceptionnelles se répondent
"Tout s’agitait
Le vent frappait sans cesse
Le livre était ouvert
Et pourtant
lorsque je me suis allongée près de toi
tu m’attendais encore"

Jean-Pierre Rosnay

1er mai 2016

Jean-Pierre Rosnay

De
 son 
vivant, 
Jean‐Pierre 
Rosnay
 et 
son 
« 
Club
des
poètes
 »,
 rue de
 Bourgogne,
 à 
Paris, 
n’ont 
jamais 
été 
effacés, 
bien 
au 
contraire ! Mais, 
en 
2016, 
le 
« 
Club
 »
poursuit
 son 
chemin
 de 
propédeutique poétique.
 De
 plus,
 on
 peut
 se
 demander
 qui
 sont
 les
 nouveaux lecteurs
 de 
l’œuvre 
importante
 de
 Jean‐Pierre 
Rosnay.
Quoi
 qu’il
 en
 soit,
 ce
 treizième
 recueil
 de
 la
 collection
 désormais célèbre
 « Poètes
 trop
 effacés »
 permet
 une
 redécouverte
 audacieuse
 et
 utile
 de
 Jean‐Pierre
 (…)

Une lumière s'accorde

1er janvier 2016

Une lumière s’accorde

Ceux là marchent
par hasard
Moi je cours
hors d’atteinte
Une trouée signale
la clarté décisive
On doit tous y aller
Il restera de nous
la transparence du soir

Patricia Laranco

1er juin 2015

Patricia Laranco

La mer a sa tendresse
Regarde-là, la mer
Elle accourt
de partout
Matière vagabonde
Enluminure
fébrile
Hérissements
salins
Embruns lourds
galops nus
L’écume à toute allure
voies lactées
sur le sable
inscrites à grands renforts
vifs
sur le chant
noir
du ciel…

Les Cahiers du Sens 2015 : Le Feu

1er juin 2015

Les Cahiers du Sens 2015 : Le Feu

Le feu l’édition anniversaire 25 ans de la revue Les Cahiers du Sens !
« L’amour n’est qu’un feu à transmettre. Le feu n’est qu’un amour à surprendre ».
Gaston Bachelard.
En souhaitant éviter la division en chapelles, ce qui revient à éloigner toute tendance isolationniste, notre revue a atteint un quart de siècle, non point de sagesse mais plutôt d’élan vital. Paraissant à un rythme annuel, elle a pu (ou su ?) demeurer fidèle aux objectifs du Nouvel Athanor : à savoir éditer, promouvoir, diffuser la (…)

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.