Le corsaire

de Lord Byron

Le corsaire

Édition et traduction de l’anglais par Jean Pavans
Édition bilingue

Cette édition éclaire d’un jour nouveau la poésie de Lord Byron (1788-1824), et plus particulièrement son rapport à l’Orient. Elle rassemble quatre œuvres en vers (trois poèmes narratifs : Le Corsaire, Le Giaour, Mazeppa ; et une ode : Oraison vénitienne).
L’aspect novateur du projet consiste à proposer une traduction neuve qui ne privilégie pas le respect contraignant de la métrique aux dépens du rythme et du sens. La forme est donc versifiée mais garde une certaine liberté : ces poèmes orientaux sont des récits d’action et de superbes romans d’aventure, et il était essentiel d’en préserver l’élan.
Par leur influence sur de nombreux artistes (Hugo, Pouchkine, Tchaïkovski, Liszt, Delacroix… ), leur beauté et leur modernité, ces quatre œuvres orientales constituent une référence incontournable, et il est important de les rendre à nouveau accessibles au public curieux des œuvres fondatrices de la poésie européenne.

Paru le 25 avril 2019

Éditeur : Gallimard

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.