Le baiser du temps

d’Askinia Mihaylova

Le baiser du temps

Prix Apollinaire dès son premier livre écrit en français, ce poète bulgare nous revient avec un recueil qui confirme avec éclat son talent et sa singularité. Précision de la langue, efficacité du vers, clarté des images. Et toujours cette liberté de ton d’une femme libre, envers et contre tout. Le baiser du temps a remisé l’amour pour s’occuper du temps : temps qui éloigne de l’enfance et de sa magie, temps qui use les corps, temps qui veut nous emprisonner dans le passé. Ce temps et son œuvre, elle en instruit le procès pour mieux affirmer que le présent existe : présent de l’écriture, présent du souvenir, présent de sa voix de femme indépendante et émancipée. Pour Aksinia Mihaylova, rien ne remplace la vie présente. C’est de là qu’elle tire le sens et toute l’énergie de ses poèmes. C’est en eux qu’elle transmue avec grâce les accidents de sa vie, ses chagrins comme ses bonheurs.

Paru le 13 juin 2019

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.