Le Vistemboir

Contact

Et c'est moi que je vois

8 août 2022

Et c’est moi que je vois

Tous ces autoportraits ont été pris sans selfie, sans retardateur, sans filtre, sans trucage, sans vergogne » sur son téléphone portable par François David qui s’interroge sur le hasard de l’effet-miroir, sur la découverte, dans l’image, de soi…Mais lequel ? Le soi intime ? Celui que les autres voient ?…
Le questionnement est tout à tour ludique, profond, universel.
« Tout comme il écrit, François David photographie avec son âme. »
(Extrait de la préface de Marie Morel, « un des plus grands peintres (…)

Les morts vivent plus longtemps qu'avant

13 juin 2022

Les morts vivent plus longtemps qu’avant

Préface de Jean-Pierre Siméon

Iô André Malartre

1er octobre 2016

Iô André Malartre

Textes poétiques d’André Malartre réunis, présentés et annotés par Yves Leroy
Coffret de deux livres : « Anthologie poétique » et « Parcours d’André Malartre » en hommage à ce poète et homme de théâtre qui, tout au long de sa vie, a œuvré à la transmission de l’art dramatique et de la poésie en Normandie.

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Hymne à la beauté

L’éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !
L’amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l’air d’un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l’enfer, qu’importe,
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton œil, ton souris, ton pied, m’ouvrent la porte
D’un Infini que j’aime et n’ai jamais connu ?

Charles Baudelaire, 1821-1867, « Hymne à la beauté », Les Fleurs du mal , 1857.