Le Printemps mûrit lentement de Ferrucio Brugnaro

traduit de de l’italien par Jean-Luc Lamouille
Poésie bilingue
Peinture d’Irène Audier (acrylique sur photographie 2000)
Loin de tout dogmatisme, Ferruccio BRUGNARO s’attache à ciseler le double visage de l ’homme planétaire, capable des plus belles comme des plus horribles actions. La "hache humaine" stigmatise la destruction de notre chère "orange bleue" par le carbone, alors que ses petits-enfants Valentina, Sara et Andrea, derniers arrivés sur l’écorce, sont une métaphore du jaillissement de la vie nouvelle. "Le miracle de la vie" éclaire la personnalité de l’auteur, foncièrement optimiste dans la nature humaine, qui voit dans un envol de mouettes ce miracle sans cesse renouvelé. L’amour est son carburant, présent dans les plus petites choses, et que nous ne savons plus voir. L’amour, qui lui interdit de diaboliser la réalité, et d’imaginer qu’un Faust Suprême puisse un jour tout contrôler : encerclée par les cheminées, la maison se repeint toujours en vert.
Jean-Luc Lamouille

Paru le 1er septembre 2003

Éditeur : Editinter

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Emmanuel Laugier

Poèmes du revoir américain

dans le sommeil qui vient lisant
au plein soleil
le poids de la tête emporte
le rêve

Emmanuel Laugier, Poèmes du revoir américain, Éditions Unes, 2021.